Légendes            alsaciennes
Sommaire


Légendes alsaciennes

Lacs, rivières et cascades
Entre villages, forêts et montagnes
Autour des châteaux
Eglises, saints et diables
D'un rocher à l'autre
Nains, géants, elfes et fées

Entre villages, forêts et montagnes


Lacs, rivières et cascades

Autour des châteaux

Eglises, saints et diables

D'un rocher à l'autre

Nains, géants, elfes et fées

Le sacristain roule le diable
Le forgeron et le charron de Saint Hippolyte étaient de bons ouvriers mais ils étaient criblés de dettes. Ils demandent de l'aide au sacristain dans l'espoir de récupérer quelque chose des trésors du Haut-Koenigsbourg, gardés par le diable. Le sacristain accepte, prononce une incantation et le diable apparaît dans un grand coup de tonnerre et un concert de cris. Apprenant le but de la visite, il accepte de leur donner cinq mille pièces d'or en échange de leur âme. Bien sûr le sacristain refuse catégoriquement. Le diable propose un autre arrangement : chacun réalisera un objet, s'il peut l'écraser entre deux doigts, son auteur appartiendra au diable. Chacun ramasse sa bourse. Ils reviennent au château dix ans après, très fiers de leurs réalisations. Mais les objets du forgeron et du charron ne résistent pas et ils disparaissent dans un trou. Le sacristain n'a qu'une petite bourse contenant du coton... et imbibée d'eau bénite. Le contact est fatal au diable qui disparaît à son tour dans le trou, où le sacristain jette enfin la bourse à laquelle lui n'avait même pas touché...

Le trésor évanoui du bûcheron
Il était une fois un bûcheron, un tyran doublé d'un malotru, qui avait une femme aussi patiente que gentille. L'homme lui faisait de constants reproches, elle s'ingéniait à lui faire plaisir. Un jour qu'elle lui portait son repas en forêt, il se mit en colère et le lui jeta à la tête. Elle repartit sans rien dire et vit près du ruisseau des grenouilles qui lui proposèrent de les emmener pour connaître la chance. Elles sautèrent elles-mêmes dans la gamelle et la femme repartit. Revenue à la maison, elle constata que la gamelle qui devenait de plus en plus lourde contenait des morceaux d'or. Elle put alors offrir des quantités de nourriture plus importantes à son mari qui se plaignit alors qu'on gaspillait l'argent qu'il gagnait, ce qui n'était pas vrai. Il finit pas exiger que sa femme lui révèle son secret : il alla voir la gamelle, mais quand il l'ouvrit, des crapauds baveux lui jaillirent à la figure... et le trésor disparut avec elles.

Les herbes du Champ du Feu
La mauvaise réputation du Champ du Feu est peut-être due à une plante inconnue qui aurait empoisonné les troupeaux. Un berger qui y avait amené ses moutons les vit devenir furieux et se dévorer ; ses chiens étaient aussi pris de frénésie. On prétendit que la chaume était peuplée d'esprits mauvais qui hantaient son herbe. Seul un des rois mages parvenait à les faire fuir en répandant de la myrrhe et en piétinant l'herbe...

La Femme de la Pluie
Dans la haute vallée de la Bruche, on voit apparaître une femme coiffée d'un chapeau de paille et tenant en main un rateau. On l'appelle la Femme de la Pluie, elle se fait voir quand le temps va changer. Ce serait une servante du château de Salm qui partit un jour avec toutes ses richesses. Elle fut retrouvée et exécutée mais pas les trésors qu'on chercha longtemps sans succès, et elle passe l'éternité en météorologue pour expier sa faute.

Lutins du Ban de la Roche
On peut aussi faire bien des rencontres dans le Ban de la Roche. On parle d'une femme condamnée à porter éternellement du sel qu'elle a volé, d'hommes de feu qui avaient volé autrefois des terres, d'un petit bossu, lutin malicieux qui joue des tours pendables aux villageois comme aux bûcherons dans la forêt, qui disperse les meules de foin ou saute sur les épaules des voyageurs pour les empêcher d'avancer... Il y a aussi les météorologues, qui se montrent quand la pluie arrive, ou les géants qui prennent leur douche dans les cascades de la Serva, empêchant le poisson de descendre. Des carrosses se promènent parfois sur terre ou même dans les airs, quand ils ne viennent pas des profondeurs de la terre pour semer l'épouvante...

Les feux follets du Messin
Le Champ du Messin voit apparaître tous les sept ans des deux follets. Si on jette un tablier sur l'un d'eux, on peut s'approprier les trésors qu'il garde, à condition de ne pas avoir franchi un ruisseau... On comprend que le Ban de la Roche soit resté longtemps une contrée pauvre...

Animaux menaçants
On se méfie aussi des animaux, dans le Ban de la Roche. Des chiens blancs empêchent les villageois d'entrer chez eux et les effrayent en se gonflant comme une vache, avant de disparaître sous terre. Même les lapins peuvent être dangereux : il peut s'agir de sorcières déguisées qui peuvent faire subir toutes sortes de tourments si on leur jette une pierre.

Les scarabées d'or du Hohenstein
Un bûcheron passait près du château de Hohenstein quand il vit une multitude de scarabées d'or. Il en ramassa une poignée qu'il mit dans son sac. Peu à peu, celui-ci se mit à peser de plus en plus. Etonné, le bûcheron le posa pour l'ouvrir mais dans sa précipitation il le renversa et des pièces d'or s'en échappèrent et reoulèrent dans le ravin. Il ne put en récpuérer qu'un petit nombre.

Destin tragique
Près de Wasselonne, trois jeunes filles s’affairent à filer pour constituer leurs trousseaux de mariage. Mais tandis qu’elles dorment, trois fileuses infernales font irruption subrepticement et dévident le fil de leur vie comme les Nornes qui filent le sort des mortels. Peu après, les trois jeunes filles et leurs fiancés se noient après que leur barque ait chaviré…

Animaux malfaisants du Kronthal
Le Kronthal est le berceau de la cathédrale. Mais cet étroit défilé traversé par la Mossig est un lieu peu recommandable hanté par bien des animaux malfaisants : un chien noir qui garde un trésor dans une grotte, des dragons et des serpents couronnés, des moutons qui ensorcèlent les passants pour les noyer dans la rivière. Il y a aussi un cheval blanc monté par un soldat héroïque condamné à expier une faute grave ainsi qu’un loup diabolique.

Loup-garous du Nideck
Si le Kronthal est le domaine d’une dame blanche musicienne mais inoffensive, il est aussi celui du loup et du revenant noir, qui la nuit attaquent et dévorent les imprudents attardés. Certains y ont vu un des premiers seigneurs de Nideck, soupçonnés d’avoir voulu créer une race forte et dure en s’accouplant avec des louves, à moins qu’il ne se soit agi de loup-garous. On n’a jamais pu les capturer, seulement compter leurs victimes…

Les grains d'or
La dame blanche du Haut-Koenigsbourg se promène parfois jusque dans la plaine. Une nuit, trois hommes la virent déployer un drap blanc dans une prairie et y jeter des graines, puis elle disparut. Ils s'approchèrent et virent de magnifiques grains de blé ; l'un d'eux en prit pour les semer au printemps puis ils partirent. Peu après, tâtant sa poche, il constata qu'elle contenait à la place des grains des pièces d'or. Ils revinrent en hâte, mais quand ils partirent, le drap s'envola vers le château. A la place, il n'y avait plus ni grains ni autre chose...

Les noyaux de cerises
Un dimanche après-midi, jour de son anniversaire, un jeune garçon gardait les bêtes du garde-forestier près du Haut-Koenigsbourg. Comme il s'ennuyait, il décida de grimper les rochers, malgré la menace du garde, car personne ne les avait escaladés et n'avait pu redescendre vivant. Le garçon y parvint quand-même et trouva au sommet des noyaux de cerises dorés répartis en petits tas ; un noyau plus gros invitait à jouer aux billes, ce qu'il fit. A chaque fois qu'il touchait un tas, les noyaux roulaient sur une plate-forme dans les rochers. Quand il ne resta plus rien, il regarda vers le bas : un nain ramassa les noyaux qui devinrent des pièces d'or, les mit dans une bourse, eut une mine dépitée et disparut. Le garçon dégringola le rocher mais comprit qu'au lieu de jouer, il aurait mieux fait de garder le trésor tout de suite...